Samedi 8 juillet

Dan Ar Braz Trio

Dan Ar Braz trio

Auditorium Sokoburu – 21:00 – Payant

Dan Ar Braz – Jacques Pellen – David Er Porth

   En Bretagne comme au Pays basque, tout commence, tout finit par des légendes. On raconte qu’il entendit les échos d’une cornemuse lors d’une balade en bateau vers Bénodet, à l’âge de 10 ans, et que ces échos continuent aujourd’hui de le submerger d’émotion. Mais c’est de la guitare qu’en autodidacte passionné, Dan Ar Braz est à son tour lui-même devenu une légende.
   Il fait ses premières gammes aux côtés d’Alan Stivell, puis croise tout ce que le monde musical celtique compte de talents, de Loreena McKennitt à Carlos Nuñez, de Triskell à Red Cardell. On l’entend même aux côtés d’un certain Rory Gallagher, John McLaughlin, Roger Hodgson ou, plus récemment, Jean-Jacques Goldman.
   Sa guitare enracinée dans son Finistère natal, farouche défenseur de « l’Héritage des Celtes », Dan Ar Braz diffuse un folk résolument breton et ouvert à tous les carrefours musicaux, acoustiques et électriques. Un world-folk, qu’il fera sonner à Hendaye en version trio. Et peut-être un enfant de 10 ans fera aussi ce soir-là un inoubliable tour de bateau dans l’écho des guitares de Dan Ar Braz.

FA

Bixente martinez – Igelaren Banda

Bixente Martinez

Club le Soko – 23:00 – Gratuit

Hasier Oleaga (batteríe) – Amaiur Cajaraville (basse et contrebasse)

   On l’a longtemps suivi aux côtés de ses compagnons de route d’Oskorri, accompagnateur subtil des refrains basques les plus célèbres. Avec son trio « Igelaren banda », Bixente Martinez prend le devant de la scène, et invente un jazz résolument contemporain qui puise dans les mémoires. Sa source d’inspiration ? Les berstularis, ces poètes improvisateurs qui, à partir d’un motif mélodique simple, rivalisent d’ingéniosité en inventant spontanément une petite chanson originale, fantaisiste, et toujours sensible.
   Dans son dernier album, Bixente Martinez a emprunté leurs lignes mélodiques improvisées caractéristiques, qui sont entrées dans la tradition orale du bertsularisme. Juste retour des choses : ce sont ces mélodies qui servent chez lui de thèmes écrits, comme autant de points de départ à l’imagination musicale. Un canevas d’origine fortement enraciné dans la tradition basque donc, mais entièrement ouvert aux influences aventureuses du jazz le plus novateur. Quand il n’y a plus de frontière entre musique populaire et musique savante…

FA