Guitaralde 2019

LE MOT DU PRESIDENT

L’Atlantique a donné le tempo parfait. La huitième édition du festival Guitaralde a fait résonner Hendaye
au son des guitares de tous les mondes et de tous les styles.

Le blues, ça commence toujours par là. Le blues. Dans tout cocktail qui se respecte, il faut d’abord la
base. En guise d’ouverture, est-ce qu’on pouvait rêver mieux que la voix de pierres et de mousses d’Ann
August ? August, pour débuter juillet : décidément, Guitaralde, c’est l’été façon 6 cordes. Le blues, donc. Celui
de Billie Holiday. Celui d’Ella Fitzgerald. Ajoutez une cuillère à soupe de Beatles. Saupoudrez de Sting. Vous y
êtes. Sur les guitares aériennes de Jean-Marie Ecay, le directeur artistique du festival, approchez, l’apéritif est
servi. Lui aussi, il a commencé par là. All blues, de Miles Davis. Décoiffage immédiat. Une heure et demie de
Scott Henderson, au théâtre des Variétés, pourrait presque suffire pour toute une vie. La jolie trentaine de
participants à son masterclass, la veille, ne démentirait rien. Avec sa guitare bleu gélatine, sa casquette assortie, il
enchaîne les titres comme d’autres font vrombir les moteurs sur les circuits de F1. Sans repos, sans répit.
Virtuose ? C’est peu de le dire, flanqué de deux (jeunes) musiciens (français…) d’une trempe identique – Romain
Labaye à la basse (Shiva bassiste, dix doigts dans chaque main sans compter les pieds, looper et wahwah) et
Archibald Ligonnière à la batterie (bon œil, bonnet, et beau comme un dieu grec qui aurait bouffé Agostini et
toute la clique). Salle comble : on s’est arraché les derniers billets et certains, moins prévenants, sont même
restés sur le carreau. Salle debout : on a bien fait d’être là plutôt que n’importe où ailleurs, et on s’en souviendra,
c’est sûr, du concert de Scott Henderson à Guitaralde. Au Bakartxoko, James McCartney et Thomas Letheule
assurent l’after. Besoin de souffler après Scott. De boire un verre et de reprendre pied avec le monde comme il
tourne, plus ou moins rond. Ann August revient prêter son blues. Jean-Marie Ecay dégaine sa guitare. On dit
même qu’on l’aurait vu un moment derrière la batterie, les photos sont floues mais la rumeur court et construit sa
légende pour ceux qui auraient raté ça. Oui, pour cette première soirée du Guitaralde 2019, on a décidément
bien fait d’être là plutôt que n’importe où ailleurs.

Trois concerts simultanés, dans trois lieux différents. Le lendemain, la ville d’Hendaye toute entière
vibrait sous les accords de guitare. Place de la République, Julie Lambert entonne, au sein d’une toute nouvelle
formation, les chansons folk teintées de blues et de pop de son prochain album, et l’ombre d’une Joan Baez
plane un instant. Plus loin, le groupe Piscine présenté par l’association LANETIK EGINA arrose d’un rock plus
expérimental (deux guitares-batterie, pas de basse, mesures impaires, overdrive) l’avenue des Mimosas. Au Bi
Ur Arte, c’est Undercover, duo guitare-chant façon Chrissie Hynde, qui offre sa tournée de standards pop-rock,
qu’on chantonne, Every breath you take, entre deux verres. Il n’en faut pas davantage pour que le ciel bas et
lourd, qui pesait comme un couvercle comme disait l’autre, décide de se lever. Le magnifique Château
d’Abbadia peut ouvrir grand son parc pour le concert du soir. Ici, les murailles ont des oreilles. Et chantent les
musiques du monde entier. Antoine d’Abbadie, Thibault Cauvin… D’un explorateur à l’autre, les villes, les pays
se racontent en guitare. Berlin, la Chine, l’Inde, Istanbul… On croise au Japon quelques joueurs de Koto, dont la
tradition voulait, rappelle Thibault Cauvin, qu’ils soient aveugles pour mieux s’abandonner à leur musique et
offrir un jeu plus intense. On irait volontiers faire aussi un tour au Brésil pour saluer l’immense Joâo Gilberto qui
tire ce jour-là sa révérence dans la couleur bossa des bleus de l’âme. Les notes, lingerie du vent, s’éparpillent
dans la dentelle des feuilles qui frémissent. C’est léger, aérien, délicat, à peine suspendu juste au-dessus du
silence. C’est élégant, comme l’élégance des gestes de Thibaut Cauvin derrière sa six-cordes. En rappel, un
dernier titre écrit par son père, guitariste et compositeur, qui a fait 9 heures de route pour être présent dans le
public. Standing ovation. Le public (concert sold out, comme la veille) est aux anges. Et Jean-Marie Ecay se
prend soudain à rêver qu’Hendaye devienne la capitale de la guitare. Au café de la plage, le trio de Jorge
Gonzalez peut faire miauler ses blues. Avec cette deuxième soirée à guichets fermés, les choses semblent en
bonne voie…

Dimanche 13 h, après un mini tournoi amical au tennis club, les sportifs continuaient à se défouler sur
les grands standards des années 60/70 avec le trio Renaud Morelle. Mais la révélation du Guitaralde 2019, sans
aucun doute, c’est lui. Anthony Jambon. On se demande comment, du haut de son tout jeune âge, il a déjà pu
accumuler une telle maîtrise instrumentale, doublée d’une telle vision dans l’art de la composition. Le temps ne
fait peut-être rien à l’affaire, n’empêche, le soleil s’en mêle, sixième instrumentiste du quintet, et c’est tant
mieux. Thèmes hirsutes, envolées lyriques, plages spatiales, trompette au velouté de bugle, brisures acides de labatterie…
Sur la terrasse de la Thalasso Serge Blanco, le dernier jour, il inscrit son nom, rien que ça, dans la
lignée d’un Pat Metheny, épaulé par une équipe de tout premier choix. Immanquable. Il se murmure alors en
coulisse que les Rapetous groovent comme une côte de bœuf. On court Place Sokoburu, où le barbecue des
guitares tourne déjà pleins feux. Jimmy Drouillard, Manu Galvin, Serge Malik en trio guitare de choc, rejoints
aux fourneaux siouplait par Thierry Eliez (claviers), Laurent Cokelaere (basse) et Éric Lafont (batterie). Ça
vanne. Ça fuse. Ça chauffe. Ça brûle ! Au Soko, Pablo Fernandez Arrieta clôture l’édition avec un jazz élégant et
complexe. Les derniers attardés du festival finissent leur rasade de guitare 2019. On se regarde, on se sourit. Vrai
que c’était bien. Vrai qu’on y était !

Frédéric Aribit
Président de l’Association GUITARALDE

 

BAT-Guitaralde affG 19

facebook